Le syndrome de l’imposteur dans l’entrepreneuriat

Listen to this article
Temps de lecture : 4 minutes

Même si de nombreux entrepreneurs sont compétents et talentueux, le syndrome de l’imposteur est une bête invisible auquel beaucoup sont confrontés. Ce syndrome implique la remise en question de tout et de toutes choses, quitte à entrer dans une forme d’auto-sabotage professionnel. 

En parallèle, démarrer une nouvelle vie en étant à son compte est synonyme d’élévation et d’accomplissement personnel. Entre de nouveaux apprentissages et la complétion de missions, vous ne pouvez que grandir et mûrir en tant que freelance. 

Cependant, le syndrome de l’imposteur est vicieux, et il peut être confondu avec le manque de confiance en soi, bien qu’ils soient étroitement liés. Dans cet article, je vais vous partager ce que vous devez savoir à propos du syndrome de l’imposteur, ainsi que les solutions pour le combattre.

Qu’est-ce que le syndrome de l’imposteur ? 

Comme son nom l’indique, le syndrome de l’imposteur est un frein psychologique qui remet en doute votre légitimité en tant que freelance. Il vous invite à penser que vous n’êtes pas à la hauteur, et que vos compétences sont surcotées. 

D’ailleurs, le syndrome de l’imposteur est particulièrement observé chez les entrepreneurs autodidactes. Cela n’est pas étonnant puisque toutes les personnes ayant décidé d’entreprendre se confrontent à des moments de doutes durant leur parcours. Ce frein est d’autant plus accentué si vous êtes autodidacte, dont l’absence de formation ou de diplôme reconnu peut altérer vos propres croyances face à la concurrence.

Comment reconnaître le syndrome de l’imposteur ? 

Le syndrome de l’imposteur peut être facilement identifié, et à plusieurs niveaux. Si vous pensez être victime de ce syndrome, alors prenez le temps de lire ce qui suit. 

Généralement, cela se traduit par le refus d’être reconnu et apprécié pour une tâche réalisée avec succès. Un individu souffrant du syndrome de l’imposteur attribuera sa réussite à d’autres personnes ou à un environnement. Il pourra même affirmer que la mission réalisée lui a valu de nombreuses difficultés, même si ce n’est pas le cas. Par définition, un entrepreneur victime du syndrome de l’imposteur sous-évalue toujours ses compétences. 

Bien que les signes précisés ci-dessus soient communs et propres au syndrome de l’imposteur, il est possible que cela aille encore plus loin. 

En effet, ce syndrome peut également plonger un entrepreneur dans l’immobilisme total, quitte à frôler la faillite. Forcé de penser qu’il trompe ses clients, un freelance victime du syndrome de l’imposteur peut saboter son activité professionnelle. Cela peut se traduire par la déclinaison de missions, la peur de prospecter ou de lancer des opérations marketing, voire une absence volontaire de réactivité.

En résumé, le syndrome de l’imposteur vous invite à penser que vous n’êtes pas capable de répondre aux attentes de vos clients, et que vous leur mentez. 

Comment combattre le syndrome de l’imposteur ? 

Il n’existe pas de traitement miracle pour vaincre le syndrome de l’imposteur, mais en avoir conscience est déjà un premier pas. Si vous savez que vos pensées limitantes sont créées par un frein psychologique, alors vous pouvez vaincre ce syndrome. Toutefois, je peux partager quelques conseils qui vous permettront d’aller de l’avant : 

  • Faites le point sur vos réussites passées 

Le syndrome de l’imposteur repose en partie le fait d’oublier que vous êtes capable. Pour cela, prenez le temps de vous remémorer toutes les choses que vous avez accompli. 

Ces réussites peuvent aussi bien concerner l’obtention d’un diplôme qu’un meuble que vous êtes parvenu à monter avec ou sans aide. Vous pouvez également vous concentrer sur vos réussites professionnelles, les missions passées que vous avez terminées avec brio ! 

  • Reprenez confiance en vous 

Pour renforcer la confiance en soi, prenez un papier et un stylo, puis notez toutes vos compétences et vos points forts. Explorez vos motivations et tentez de déterminer les raisons pour lesquelles vous êtes devenu entrepreneur. 

De plus, si vous possédez plus de compétences dans l’accomplissement de certaines tâches, faites-en le plus possible. En ce qui concerne vos lacunes, vous ne pouvez que progresser en vous formant ou en sollicitant l’aide d’une personne experte en la matière. 

  • Stop au perfectionnisme 

Le syndrome de l’imposteur est également nourri par le perfectionnisme, tentez de vous concentrer sur l’essentiel et non les détails environnants. La perfection n’existe pas, même dans le domaine professionnel, alors portez votre attention sur la réalisation des missions qui vous sont confiées, sans chercher à aller plus loin. 

En voulant en faire trop, vous pouvez vous confronter à des difficultés inutiles qui accentueront le syndrome de l’imposteur. En bref, faites toujours de votre mieux et ne vous rendez pas malade. 

  • Ayez conscience de votre valeur 

Une des conséquences du syndrome de l’imposteur réside dans la facturation de vos services ou de votre produit. Puisque vous ne vous sentez pas à la hauteur, vous bradez vos prix, et cela peut altérer la qualité réelle de votre travail. N’ayez pas peur de fixer des tarifs à la hauteur de votre travail et du temps passé. Enfin, conservez à l’esprit que votre activité est une aubaine pour vos clients, et vous devez être rémunéré à juste valeur. 

Afin de conclure, considérez le syndrome de l’imposteur comme un briseur de rêve qui ne veut pas que vous réussissiez. Il y a probablement un ami ou un proche qui vous a dissuadé de monter votre entreprise et de vous lancer en indépendant. Et pourtant, vous avez sauté le pas. Désormais, vous disposez des clés pour vaincre le syndrome de l’imposteur. Cela peut prendre du temps, mais chaque action apportera de beaux résultats sur le long terme, donc croyez en vous !